Remember | Resist | Redraw: A Radical History Poster Project by the Graphic History Collective.

[Image Description: The top of this poster says The Winnipeg General Strike in large letters over a red and yellow painted background. Below this is a black line drawing of police on horses. A large fist rises up on the right. On the bottom a black and white line drawing of a crowd from 1919 watching a women speaking.

The poster says: In May and June 1919, 35,000 workers in Winnipeg, Manitoba staged a six-week general strike. Workers from various backgrounds struck for higher wages and collective bargaining rights and to demand more power for working people. Ultimately, the strike was violently crushed by police acting on the orders of politicians and the city's capitalists. Although the strike ended in defeat, it was not a failure. It demonstrated the power of working people and inspired new generations of workers to carry on the struggle to build a better world.

En mai et juin 1919, 35 000 travailleurs et travailleuses de Winnipeg, au Manitoba, ont mené une grève générale de six semaines. Des ouvriers et des ouvrières d’horizons divers ont revendiqué des salaires plus élevés, le droit à la négociation collective et ont réclamé davantage de pouvoirs pour la classe ouvrière. Finalement, la grève a été violemment réprimée par la police agissant sur ordre des politiciens et des capitalistes de la ville.

Bien que la grève se soit terminée par une défaite, elle ne fut pas un échec. Elle a démontré le pouvoir de la classe ouvrière et a inspiré plusieurs générations à lutter pour un monde meilleur.]

Biographies

David Lester is the guitarist in the underground rock duo Mecca Normal. He is author/illustrator of The Gruesome Acts of Capitalism and the graphic novel The Listener. He has contributed to several GHC projects, including Drawn to Change: Graphic Histories of Working-Class Struggle, Direct Action Gets the Goods: A Graphic History of the Strike in Canada, and 1919: A Graphic History of the Winnipeg General Strike. He is currently working on a graphic biography of Emma Goldman. davidlesterartmusicdesign.wordpress.com.

The Graphic History Collective is a group of artists and writers interested in comics, history, and social change. We produce accessible projects to educate people about the historical roots of contemporary social issues. Our comics show that you don’t need a cape and a pair of tights to change the world. www.graphichistorycollective.com.

David Lester est un guitariste de rock underground avec son duo Mecca Normal. Il est l’auteur et l’illustrateur de The Gruesome Acts of Capitalism et de la nouvelle graphique The Listener. Il a aussi contribué à plusieurs projets du «Graphic History Collective» dont Drawn to Change: Graphic Histories of Working-Class Struggle, Direct Action Gets the Goods: A Graphic History of the Strike in Canada, and 1919: A Graphic History of the Winnipeg General Strike. Il travaille présentement à la réalisation d’une biographie graphique sur Emma Goldman. davidlesterartmusicdesign.wordpress.com.

Le Graphic History Collective est un groupe d'artistes, d'écrivains et d’écrivaines s'intéressant à la bande dessinée, à l'histoire et au changement social. Nous réalisons des projets accessibles d’éducation populaire sur les racines historiques des problèmes sociaux contemporains. Nos bandes dessinées montrent que vous n'avez pas besoin d'une cape et d'un collant de super héros pour changer le monde. www.graphichistorycollective.com.

Pour la version française : La Sociale, collectif de diffusion libertaire à Montréal. asociale@colba.net.

Merci à Benoît Marsan et à Adèle Clapperton-Richard pour leur aide dans la traduction.

Further Reading / Bibliographie

Bumsted, J.M. The Winnipeg General Strike of 1919: An Illustrated History. Winnipeg, MB: Watson & Dwyer, 1994.Graphic History Collective, and David Lester. 1919: A Graphic History of the Winnipeg General Strike. Toronto: Between the Lines, 2019.
Heron, Craig, ed. The Workers’ Revolt in Canada, 19171925. Toronto: University of Toronto Press, 1998.
Horodyski, Mary. “Women and the Winnipeg General Strike of 1919.” Manitoba History, no. 11 (Spring 1986): 2837.
Penner, Norman, ed. Winnipeg 1919: The Strikers’ Own History of the Winnipeg General Strike. 2nd ed. Toronto: James Lorimer, 1975.
Perry, Adele. Aqueduct: Colonialism: Resources, and the Histories We Remember. Winnipeg, MB: ARP Books, 2016.
Toews, Owen. Stolen City: Racial Capitalism and the Making of Winnipeg. Winnipeg, MB: ARP Books, 2018.

Revisiting the Workers’ Revolt in Winnipeg

Poster by David Lester
Essay by the Graphic History Collective

In 1919, 35,000 workers in Winnipeg, Manitoba, Treaty 1 territory and the homeland of the Métis Nation, staged a six-week general strike between 15 May and 26 June. Workers from various backgrounds withdrew their labour powerthey went on striketo demand higher wages, collective bargaining rights, and more power for working people. One hundred years later, the Winnipeg General Strike remains one of the largest and most important strikes in Canadian history.

The Winnipeg General Strike is part of the longer history of colonial conflict, capitalist development, and class polarization in Western Canada. By the early 1900s, a number of aggressive businessmenincluding some who participated in the Government of Canada’s violent efforts to dispossess Indigenous communities of their land in 18691870 and 1885had come west to pursue industrialization. Over time, they shaped the development of Winnipeg for their benefit. The city became increasingly divided along class lines, with capitalists pitted against workers.

The situation worsened during and after World War I. Many working-class men went off to fight in the fields of Europe while capitalists stayed home and profited from wartime production. Soldiers hoped to enjoy a more equal and democratic society when they returned home. Instead, they faced high rates of unemployment and inflation. Employer indifference to these issues and refusal to recognize unions and bargain with workers further fanned the flames of discontent. When Winnipeg’s building and metal trades workers went on strike on 1 May, other unions in the city decided to join them in a general sympathetic strike.

The Winnipeg General Strike began with 11,000 unionized workers, but the number of strikers soon swelled to 35,000 as thousands of non-unionized workers also walked off the job. Many of them were women and recent immigrants living in the city’s North End. As the city ground to a halt, as the phones went silent, the streetcars stopped, and the lights turned off, workers demonstrated the power and potential of labour solidarity.

But divisions still existed. Some strikers reinforced notions of white supremacy by advancing their demands as the rights of white, Anglo-Saxon, and loyal British subjects. Strikers also failed to make connections with the struggles of other dispossessed and exploited groups, such as the Anishinaabe community of Shoal Lake 40 First Nation, who were experiencing a major land loss due to the construction of the Winnipeg Aqueduct at the same time. This was a missed opportunity to build strong relations of solidarity amongst different groups to fight, win, and leave no one behind.

The Winnipeg General Strike lasted for six weeks but ultimately ended in defeat. Employers and state officials worked to contain the strike, undercut the strike leaders, and pit working people against each other. They labeled the strikers “enemy aliens” and “foreign radicals” and even arrested many of them on dubious charges and tried to have them deported. Finally, on June 21a day that has come to be known as “Bloody Saturday”state officials authorized violence. Special constables and the Royal North-West Mounted Police attacked strikers and their supporters during a peaceful demonstration. The strike was called off a few days later, ending officially on June 26. The events of Bloody Saturday are a stark reminder that to crush resistance to capitalist development and colonial expansion, the state is not afraid to bloody its hands. Indeed, less than 35 years separated the state’s attack on strikers in Winnipeg and its violent suppression of Métis, Cree, Assiniboine, and Saulteaux communities in the North-West in 1885.

On the 100th anniversary of the Winnipeg General Strike, it is useful to revisit the workers’ revolt to introduce new generations to the many lessons it holds for today. Although the Winnipeg General Strike ended in defeat, it was not a failure. In the years afterwards, new leaders and political groups tried to build on the strike’s momentum and carry on the struggle for a better world for workers in Winnipeg and elsewhere. Understanding the power of working people and the strike and building new relationships of solidarity can help reenergize our efforts to build a better world.

Revisiter la révolte des travailleurs et des travailleuses de Winnipeg

Affiche de David Lester
Essai du Collectif d'Histoire Graphique (Graphic History Collective)

En 1919, 35 000 ouvriers et ouvrières de Winnipeg, au Manitoba, territoire du Traité #1 (1871) et terre natale de la Nation Métisse, ont mené une grève générale de six semaines du 15 mai au 26 juin. Provenant de divers horizons, ils et elles ont arrêté toute production pour réclamer des salaires plus élevés, le droit à la négociation collective et plus de pouvoir pour la classe laborieuse. Cent ans plus tard, la grève générale de Winnipeg demeure l'une des plus grandes et des plus importantes de l'histoire du Canada.

Celle-ci s’inscrit dans la longue histoire du conflit colonial, du développement capitaliste et de la lutte des classes dans l'Ouest canadien. Au début des années 1900, un certain nombre d’hommes d’affaires déterminés, dont plusieurs avaient participé aux efforts violents du gouvernement canadien pour déposséder les communautés autochtones de leurs terres en 1869-1870 et en 1885, se sont établis dans l’ouest pour continuer l’industrialisation du pays. Au fil du temps, ils ont façonné le développement de Winnipeg selon leurs intérêts de classe. La ville devint de plus en plus divisée, avec les capitalistes dressés contre les travailleurs et les travailleuses.

La situation s'est aggravée pendant et après la Première Guerre mondiale. Beaucoup d’ouvriers sont partis sur les champs de bataille d’Europe tandis que les capitalistes restaient chez eux et tiraient profit de l’industrie militaire. Les soldats espéraient bénéficier d'une société plus égalitaire et démocratique à leur retour. Au lieu de cela, ils ont été confrontés au chômage et à l’inflation. L’indifférence des patrons face aux conditions de vie de la classe ouvrière, l’absence de la reconnaissance syndicale et du droit à la négociation collective ont également attisé le mécontentement. Lorsque les ouvriers du bâtiment et les métallurgistes de Winnipeg ont fait la grève le 1er mai, d’autres syndicats de la ville ont décidé de se joindre à eux pour une grève de solidarité.

Le conflit a débuté avec 11 000 travailleuses et travailleurs syndiqué·e·s, mais le nombre de grévistes a rapidement augmenté pour atteindre 35 000, quand des milliers de travailleuses et de travailleurs non syndiqué·e·s ont alors quitté leur poste. Beaucoup d’entre eux et elles étaient des femmes et de nouveaux·elle·s immigrant·e·s vivant dans le nord de la ville. Au moment où la ville s’est arrêtée, où les téléphones se sont tus, où les tramways se sont immobilisés et où les lumières se sont éteintes, la classe ouvrière de Winnipeg a démontré le pouvoir et le potentiel de la solidarité.

Mais les divisions existaient encore. Ainsi certains grévistes ont renforcé la notion de suprématie blanche en mettant de l’avant leurs droits en tant que loyaux citoyens blancs, anglo-saxons et britanniques. Les grévistes ont également échoué à établir des liens avec les luttes d'autres groupes dépossédés et exploités, telle que la communauté Anishinaabe de la Première Nation Shoal Lake 40, qui subissait une importante confiscation de ses terres en raison de la construction de l'aqueduc de Winnipeg. Ce fut donc une occasion manquée d’établir des relations solidaires entre différents groupes pour lutter, gagner et ne laisser personne pour compte.

La grève générale de Winnipeg a duré six semaines mais s'est soldée, dans l’immédiat, par une défaite. Les employeurs et les représentants de l'État ont réprimé la grève de façon à la maîtriser, à affaiblir les grévistes et à diviser la classe ouvrière entre elle. Ils ont qualifié les grévistes « d’ennemis étrangers » et « d’immigrés radicaux », nombre d'entre eux ont même été arrêtés sous des accusations douteuses et menacés de déportation. Le 21 juin, jour connu sous le nom de « Samedi Sanglant », les autorités ont réprimé violemment le mouvement. Des gendarmes spéciaux et la Gendarmerie royale du Nord-Ouest ont attaqué les grévistes et leurs partisans et partisanes au cours d'une manifestation pacifique. La grève a pris fin quelques jours plus tard le 26 juin. Les événements du « Bloody Saturday » témoignent que pour écraser la résistance au développement capitaliste et à l’expansion coloniale, l’État n’a pas peur de se couvrir les mains de sang. En fait, moins de 35 ans ont séparé l’attaque lancée par l’État contre les grévistes de Winnipeg et la répression violente exercée contre les communautés Métisses, Cries, Assiniboines et Saulteaux du Nord-ouest en 1885.

À l’occasion du 100e anniversaire de cet événement, il est utile de revenir sur cette révolte ouvrière pour présenter aux nouvelles générations ses nombreuses leçons toujours actuelles. Bien que la grève générale de Winnipeg se soit soldée par une défaite, ce ne fut pas un échec. Dans les années qui ont suivi, bon nombre de militantes et de militants et des groupes politiques ont utilisé les leçons de cette grève et poursuivi la lutte pour un autre futur à Winnipeg et ailleurs. Comprendre le pouvoir de la classe ouvrière et de la grève permet d’établir de nouvelles solidarités et contribue à redynamiser nos efforts pour construire un monde meilleur.

Download - The Winnipeg General Strike (PDF) 

Posters are free to download for personal, educational, and activist use. See how you can use and support these posters. If you want to exhibit or publish the posters please get in touch.